Le Réveil Lozère 03 avril 2019 a 09h00 | Par Chambre d’agriculture de Lozère

L’agritourisme continue son développement

Retour sur les journées de formation organisées par la chambre d’agriculture de la Lozère en partenariat avec Lozère tourisme et Cerfrance.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Chambre d’agriculture 48

Des nouveaux gîtes en perspectives sur le département de la Lozère, une offre en habitation légère de loisirs et de probables chambres d’hôtes, voici les projets des participants lors de la dernière session de formation « Créer un hébergement agritouristique » organisée par la chambre d’agriculture de la Lozère à la fin du mois de mars.
À Mende, puis à Lanuéjols, de nombreux sujets ont été traités par les intervenants, afin de donner aux stagiaires les clés indispensables à la réussite de leurs projets agritouristiques. La chambre d’agriculture a informé les agriculteurs sur le dispositif d’accompagnement aux investissements auxquels ils peuvent prétendre. Avec le relai départemental Gîtes de France, ont été présentés les nombreux labels et marques avec lesquels les agriculteurs peuvent développer leurs hébergements touristiques (Bienvenue à la ferme, Gîtes de France…). Les intervenants ont détaillé le cadre juridique, social et fiscal nécessaire à l’activité agritouristique et les étapes à suivre afin de concrétiser leurs projets. La formation comprenait également un exposé des tendances du marché de l’hébergement, visant à assurer l’adéquation des nouveaux produits touristiques avec la demande. Le groupe a également visité l’agence réceptive Lozère résa dans ses nouveaux locaux.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1504, du 4 avril 2019, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.