Le Réveil Lozère 29 avril 2020 a 09h00 | Par Christophe Ledoux

L'agroforesterie, un levier pour la transition agricole

Aujourd'hui, l'agroforesterie suscite un intérêt grandissant dans le monde agricole. Cette technique répond à certains enjeux de notre société, en particulier celui de la lutte contre le réchauffement climatique.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
L'agroforesterie, une pratique en questions.
L'agroforesterie, une pratique en questions. - © T. Nicolas

L'agroforesterie désigne les pratiques, nouvelles ou historiques, associant arbres, cultures et animaux sur une même parcelle agricole, en bordure ou en plein champ. En couplant les cycles végétatifs des arbres et des cultures, la production de biomasse est permanente, d'où le terme « d'intensification écologique ». Cette pratique est ancienne et très présente dans les pays tropicaux. En Europe, certains systèmes se sont maintenus : sylvopastoralisme, bocages, cultures intercalaires en vergers fruitiers...

Des enjeux
« L'agroforesterie est une des pratiques agricoles qui s'inspirent de l'agroécologie », explique Marc Dufumier, spécialiste des agrosystèmes à travers le monde. « Une pratique pour l'indispensable transition agricole et alimentaire dont le bien-fondé est de répondre à l'enjeu de nourrir correctement et durablement l'humanité tout entière. » L'agroforesterie est aussi une source de matières premières diversifiées pour les industries textiles, de la construction, des biocarburants...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Il est nécessaire que les particularités des projets agricoles soient prises en compte : la FNSEA et l’Apca poursuivront leur combat pour exclure les bâtiments à vocation agricole du dispositif

lancent les organisations dans un communiqué le 4 juin.