Le Réveil Lozère 17 juin 2020 à 11h00 | Par AG

L’Anses insiste sur l’importance des bonnes pratiques d’hygiène

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Dans un avis du 15 mai (version réactualisée d’un avis de février 2020), l’Agence de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) estime « important de sensibiliser et mobiliser les professionnels » sur l’hygiène des fourrages distribués aux animaux. Principal danger microbien identifié par l’agence : Listeria monocytogenes, qui constitue un risque « particulièrement associé aux fourrages ensilés ou enrubannés destinés à l’alimentation des ruminants ». Ce pathogène s’introduit dans les fourrages notamment lors de la récolte ou de la conservation. L’Anses recommande « la rédaction d’un guide de bonnes pratiques d’hygiène (GBPH), validé par les autorités », qui devrait notamment inclure « la vérification de l’intégrité des films plastiques et un contrôle visuel de l’état du fourrage lors de l’ouverture des balles d’enrubannés ». Autres risques soulignés par l’Anses : les contaminations aux salmonelles ou aux Escherichia coli STEC. Ces dernières surviennent notamment au pâturage, et « la contamination des ruminants peut entraîner la contamination ultérieure des produits qui en sont issus », notamment les produits laitiers au lait cru. Pour cette filière à risque, les experts « préconisent d’évaluer les risques liés à l’utilisation de fourrages ensilés ou enrubannés ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.