Le Réveil Lozère 28 octobre 2022 a 12h00 | Par JCD

L'Apepha milite pour de petites centrales sur des sols artificialisés

Développer de petites centrales solaires au sol sur des surfaces déjà artificialisées : telle est l'orientation de l'Apepha (agriculteurs dans le photovoltaïsme), qui revendique 500 adhérents.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Développer de petites centrales solaires au sol sur des surfaces déjà artificialisées : telle est l'orientation de l'Apepha (agriculteurs dans le photovoltaïsme), qui revendique 500 adhérents.
Développer de petites centrales solaires au sol sur des surfaces déjà artificialisées : telle est l'orientation de l'Apepha (agriculteurs dans le photovoltaïsme), qui revendique 500 adhérents. - © Emmanuel Baratte

Avant l'examen le 20 octobre au Sénat d'une proposition de loi en faveur du développement de l'agrivoltaïsme, l'association était à la manoeuvre. L'Apepha a écrit aux parlementaires, à la DG Énergie Climat (ministère de la Transition écologique), pour défendre l'agrivoltaïsme basé sur de petites centrales au sol. Il y a « un potentiel important (18 000 à 20 000 ha) » de 15 à 25 GWc, « sans empiéter sur les terres agricoles », explique le courrier, partant sur la base de 380 000 exploitations en France et d'une « hypothèse basse » de 500 m² de terres artificialisées disponibles pour chacune. L'association demande que ces petites unités au sol (jusqu'à 500 kWc) accèdent à un tarif guichet identique à celui des centrales sur bâtiment, ombrières de parking et serres agricoles, soit 11,07 cts/kWh.
Une autre proposition consiste à autoriser « des centrales solaires au sol sur des zones « tampon » avec les espaces urbanisés (lotissement...). Ces projets auraient un double intérêt, à savoir la mise en place d'un circuit court de l'électricité (autoconsommation collective ?) et aussi de mettre à disposition des riverains des surfaces potentiellement valorisables en jardins partagés (potager, loisir ou simplement une bande enherbée) ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.