Le Réveil Lozère 04 mars 2022 a 08h00 | Par Sophie Chatenet

L'APLMC plus que jamais aux côtés des éleveurs

Bâtie au moment de la sortie des quotas laitiers, l'association des producteurs de lait du Massif central est toujours au rendez-vous de l'accompagnement des éleveurs alors que la prise en compte des coûts de production est désormais la règle.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le coût des aliments achetés a augmenté de 2,7 points en un an.
Le coût des aliments achetés a augmenté de 2,7 points en un an. - © Sophie Chatenet/Illustration

L'assemblée générale de l'association des producteurs de lait du Massif central (APLMC) s'est tenue à Aubière, dernièrement. Née lors de la vague de contractualisation dans la production laitière, elle regroupe une dizaine d'associations de producteurs (OP) sur le territoire de l'Auvergne et du Limousin. Présidée par David Chauve, éleveur dans le Puy-de-Dôme et secrétaire général de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes, cette association se veut un lieu d'échanges entre les présidents des différentes associations d'organisations de producteurs. L'assemblée générale a été l'occasion d'apporter des éléments de conjoncture laitière sur les premiers mois de l'année, et surtout de rappeler les éléments fondamentaux obtenus par le syndicalisme dans le cadre de la loi Égalim 2, à savoir la prise en compte des coûts de production des éleveurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les Cuma attendent du projet de loi énergies renouvelables qu’il soutienne le développement de solutions mutualisées. Il s’agit en priorité de lever les freins à la production d’énergie en Cuma : ouverture statutaire, simplification des démarches administratives, développement des liens avec les collectivités territoriales, etc

d’après un communiqué.