Le Réveil Lozère 30 avril 2019 a 09h00 | Par Philippe Gaignet

L’arrêté de péril

Lorsqu’un immeuble présente des risques pour la sécurité des personnes, le maire peut prendre un arrêté de péril. Explications.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

La procédure de péril est engagée à l’encontre du propriétaire d’un bâtiment. Il sera dans l’obligation de prendre en charge la réparation des désordres constatés. On associe deux procédures de périls : une procédure de péril ordinaire si le bâtiment ne présente pas de risque immédiat et une procédure de péril imminent si le risque est grave et actuel. Ces deux procédures commencent de la même manière. Une fois informé des dangers, le maire informe officiellement le propriétaire qu’une procédure va être engagée. Dans l’hypothèse d’un arrêté de péril ordinaire, le propriétaire du bâtiment doit informer le maire de ses observations dans le mois suivant la notification. Pour ce qui est du péril imminent, un expert est immédiatement nommé qui se prononcera sur l’état de solidité de l’immeuble, à travers la remise d’un rapport et la proposition de mesures techniques adaptées.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1508, du 2 mai 2019, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.