Le Réveil Lozère 02 décembre 2020 � 09h00 | Par IL

L’association française d’agroforesterie veut changer d’échelle

L’association française d’agroforesterie a lancé mi-novembre la campagne de financement « 1 jour, 1 agriculteur, 1 territoire » avec son fonds Af-ter, espérant doubler le nombre de projets financés chaque année par plus de mécénat.

Abonnez-vous R�agir Imprimer
L’association française d’agroforesterie a lancé mi-novembre la campagne de financement « 1 jour, 1 agriculteur, 1 territoire » avec son fonds Af-ter, espérant doubler le nombre de projets financés chaque année par plus de mécénat.
L’association française d’agroforesterie a lancé mi-novembre la campagne de financement « 1 jour, 1 agriculteur, 1 territoire » avec son fonds Af-ter, espérant doubler le nombre de projets financés chaque année par plus de mécénat. - © Christian Gloria

« Changer d’échelle », c’est l’espoir de Fabien Balaguer, agronome et directeur de l’association française d’agroforesterie. Chaque année, explique-t-il, son association reçoit environ mille demandes de la part d’agriculteurs pour financer leurs projets, et en sélectionne entre 250 et 300. « La demande est croissante, et on sait qu’on va exploser les compteurs », prévoit Fabien Balaguer.
Avec cette nouvelle campagne, intitulée « 1 jour, 1 agriculteur, 1 territoire », l’association souhaite attirer des financements suffisants vers son fonds Af-ter pour doubler sa capacité d’accompagnement, et atteindre au moins 500 projets par an. « L’ambition est d’aller recruter de nouveaux financeurs, tout en conservant la possibilité pour chacun de soutenir à la carte un projet qui lui correspond », explique-t-il.
Créée en 2007, l’association et ses douze salariés revendiquent l’aide de noms connus : Air France, Ecocert, Garnier (L’Oréal), la Poste, Franprix ou Léa Nature ont tous contribué à financer des programmes ou projets sur mesure. « Ce sont des structures qui sont intéressées par l’agriculture durable, la biodiversité, ou la ruralité. Le carbone n’est pas forcément la première clé d’entrée », confie Fabien Balaguer.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Aujourd’hui, la zone des Landes malheureusement est condamnée à très court terme

A déclaré Marie-Pierre Pé, la directrice du Cifog (interprofession du foie gras), sur RTL le 8 janvier. Avec une quarantaine de nouveaux cas depuis le 8 janvier, l’épizootie d’influenza aviaire poursuit sa progression