Le Réveil Lozère 02 décembre 2020 a 09h00 | Par IL

L’association française d’agroforesterie veut changer d’échelle

L’association française d’agroforesterie a lancé mi-novembre la campagne de financement « 1 jour, 1 agriculteur, 1 territoire » avec son fonds Af-ter, espérant doubler le nombre de projets financés chaque année par plus de mécénat.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
L’association française d’agroforesterie a lancé mi-novembre la campagne de financement « 1 jour, 1 agriculteur, 1 territoire » avec son fonds Af-ter, espérant doubler le nombre de projets financés chaque année par plus de mécénat.
L’association française d’agroforesterie a lancé mi-novembre la campagne de financement « 1 jour, 1 agriculteur, 1 territoire » avec son fonds Af-ter, espérant doubler le nombre de projets financés chaque année par plus de mécénat. - © Christian Gloria

« Changer d’échelle », c’est l’espoir de Fabien Balaguer, agronome et directeur de l’association française d’agroforesterie. Chaque année, explique-t-il, son association reçoit environ mille demandes de la part d’agriculteurs pour financer leurs projets, et en sélectionne entre 250 et 300. « La demande est croissante, et on sait qu’on va exploser les compteurs », prévoit Fabien Balaguer.
Avec cette nouvelle campagne, intitulée « 1 jour, 1 agriculteur, 1 territoire », l’association souhaite attirer des financements suffisants vers son fonds Af-ter pour doubler sa capacité d’accompagnement, et atteindre au moins 500 projets par an. « L’ambition est d’aller recruter de nouveaux financeurs, tout en conservant la possibilité pour chacun de soutenir à la carte un projet qui lui correspond », explique-t-il.
Créée en 2007, l’association et ses douze salariés revendiquent l’aide de noms connus : Air France, Ecocert, Garnier (L’Oréal), la Poste, Franprix ou Léa Nature ont tous contribué à financer des programmes ou projets sur mesure. « Ce sont des structures qui sont intéressées par l’agriculture durable, la biodiversité, ou la ruralité. Le carbone n’est pas forcément la première clé d’entrée », confie Fabien Balaguer.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Nous avons eu l’agréable surprise de voir les Français présents aux achats

explique Cassandre Matras, responsable de projets au sein de l’Idele.