Le Réveil Lozère 19 juin 2019 a 09h00 | Par Melodie Comte

L’avenir de l’agriculture passe par le collectif

La table ronde rassemblant experts et agriculteurs s’est attachée à démontrer l’importance du collectif dans l’adaptation de l’agriculture face aux changements climatiques.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La table ronde du congrès de la FNCuma sur le changement climatique et les défis des collectifs agricoles ont animé la salle.
La table ronde du congrès de la FNCuma sur le changement climatique et les défis des collectifs agricoles ont animé la salle. - © Mélodie Comte

Le congrès national de la FNCuma, organisé la semaine dernière à Clermonnt-Ferrand, s’est penché sur les enjeux du dérèglement climatique et la place des collectifs d’agriculteurs dans ce contexte. Dans une table ronde, composée d’experts et d’agriculteurs, chacun s’est attaché à « apporter sa pierre à l’édifice ou le pavé dans la mare ». En effet, les impacts de ce dérèglement, dus aux activités humaines, sont connus et d’ores et déjà vécus. Tempêtes, canicules, sécheresses, inondations… mettent à mal les systèmes de productions et des filières économiques entières. Comment les agriculteurs peuvent-ils faire face, tout en réduisant leur propre impact sur l’environnement afin de ralentir le réchauffement climatique ? Chacun des participants à apporter des réponses différentes mais toutes avaient un seul et même point commun : le collectif.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1515, du 20 juin 2019, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous disons stop à l'arrivée de toutes ces réglementations, le monde agricole n'en peut plus, il s'y perd. Il ne sait plus à quelle zone réglementaire il appartient, à quelle date semer.

Les chambres d'agriculture demandent une planification face au nombre important de politiques environnementales.