Le Réveil Lozère 22 décembre 2021 a 11h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

L’eau au cœur du programme agricole du nouveau président

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Avec 56 % des voix remportées contre son adversaire d’extrême droite, l’ex-député de 35 ans Gabriel Boric a été élu président du Chili le 19 décembre. À la tête d’une alliance réunissant la gauche des communistes jusqu’au centre, Gabriel Boric a détaillé dans son programme de campagne des mesures pour assurer la souveraineté alimentaire chilienne grâce au développement de l’agroécologie et de « l’agriculture familiale paysanne ». « Pour ralentir le processus de désertification et de changement climatique », l’eau sera au cœur de cette politique, avec 0,9 % du PIB consacré chaque année au développement de retenues et à la réduction des pertes. Le nouveau président souhaiterait également réorienter les aides à l’investissement en matériel d’irrigation « qu’ont accaparé aujourd’hui les grands producteurs », en encourageant « la diversification des cultures, la réhabilitation des variétés traditionnelles, et le développement de culture à basse demande hydrique ». Autant de mesures qui s’accompagneront d’un « système national de gestion des eaux », destiné à gérer les volumes. Le nouveau président espère également encourager la transformation agroalimentaire « à petite échelle », ainsi que les systèmes d’élevage sans cage pour les porcs et les volailles, et le plein air pour les bovins.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les mots ont agacé, parce qu’ils ont sans doute été trop forts

regrette Loïc Guines, président de l’Agence bio et référent bio pour l’Apca dans une interview avec Agra presse parue le 17 juin.