Le Réveil Lozère 30 janvier 2019 a 11h00 | Par Aurélie Pasquelin

« L’élevage allaitant, ce n’est pas qu’un steak… »

Le congrès de la fédération nationale bovine (FNB) se tiendra les 5 et 6 février à Mende. Bruno Dufayet, président de la FNB, a répondu à nos questions avant cet évènement.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Bruno Dufayet, président de la FNB.
Bruno Dufayet, président de la FNB. - © SC

Pour le congrès de la FNB 2019, vous avez choisi la Lozère. Pourquoi ?
Outre la bonne dynamique d’installation qu’il y a sur ce département, cela nous paraissait important d’aller dans cette région que l’on sait tant attachée à l’élevage. Moi-même installé dans le Cantal, je sais que l’agriculture joue un rôle économique prépondérant. L’élevage allaitant, ce n’est pas qu’un steak, c’est aussi toute une dynamique de territoire. C’est ce message que nous voulions faire passer en choisissant de faire le congrès 2019 à Mende.

« L’élevage allaitant au carrefour de la décapitalisation ou de la rémunération », c’est le thème de ce congrès. Pourquoi ce choix ?
Nous vivons actuellement dans un contexte économique difficile. En 2018, l’élevage allaitant a perdu 10 % de son cheptel, soit 400 000 animaux. Nous sommes au pied de la falaise et deux choix s’offrent à nous : soit la décapitalisation se poursuit et nous tombons, soit on cherche des solutions pour améliorer le revenu comme nous l’avons fait en participants aux Égalim. L’aspect économique de la filière est un point important si nous voulons attirer les nouvelles générations et ainsi arrêter le phénomène de décapitalisation dû en majorité à l’arrêt d’activité des éleveurs et à leur non-remplacement.

Suite de l'interview à lire dans le dossier spécial FNB du Réveil Lozère n°1495, du 31 janvier, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les mots ont agacé, parce qu’ils ont sans doute été trop forts

regrette Loïc Guines, président de l’Agence bio et référent bio pour l’Apca dans une interview avec Agra presse parue le 17 juin.