Le Réveil Lozère 10 novembre 2020 a 08h00 | Par Amandine Priolet

L'emballage plastique des fruits et légumes interdit dès 2022

Le projet de loi AGEC (loi anti-gaspillage pour une économie circulaire), adopté le 30 janvier dernier, prévoit une interdiction des emballages plastiques autour des fruits et légumes au 1er janvier 2022. Le point sur une nouvelle réglementation qui inquiète les producteurs.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le projet de loi AGEC (loi anti-gaspillage pour une économie circulaire), adopté le 30 janvier dernier, prévoit une interdiction des emballages plastiques autour des fruits et légumes au 1er janvier 2022. Le point sur une nouvelle réglementation qui inquiète les producteurs.
Le projet de loi AGEC (loi anti-gaspillage pour une économie circulaire), adopté le 30 janvier dernier, prévoit une interdiction des emballages plastiques autour des fruits et légumes au 1er janvier 2022. Le point sur une nouvelle réglementation qui inquiète les producteurs. - © AP

Le projet de loi porté par Brune Poirson, secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, et relatif à la lutte contre le gaspillage alimentaire et à l'économie circulaire (loi AGEC), a été définitivement adopté le 30 janvier 2020. Cette loi entend accélérer le changement de modèle de production et de consommation afin de limiter le nombre de déchets et préserver les ressources naturelles. L'un des grands axes consiste à sortir du plastique jetable. Selon plusieurs études mondiales (Plasticseurope, Elipso, Universités de Géorgie et de Californie), 8,3 milliards de tonnes de plastique ont été produites sur terre depuis 1950, dont 6,3 milliards se trouvent dans la nature ou sont stockées dans des décharges. La France en produit 5 millions de tonnes chaque année, dont la moitié pour fabriquer des emballages.

Vers une réduction du gaspillage alimentaire
Dans le texte voté par le gouvernement au début de l'année figure notamment l'interdiction des emballages plastiques de fruits et légumes. D'abord prévue au 1er janvier 2021, l'application de cette loi a finalement été prolongée d'une année, pour s'appliquer au 1er janvier 2022. La loi prévoit ainsi une réduction du gaspillage alimentaire d'ici 2025 de 50 % par rapport à son niveau de 2015 dans les domaines de la distribution alimentaire et de la restauration collective et, d'ici 2030, de 50 % par rapport à son niveau de 2015 dans les domaines de la consommation, de la production, de la transformation et de la restauration commerciale. La loi prévoit également que « chaque consommateur pourra, dès le 1er janvier 2021, apporter un contenant réutilisable dans les commerces de vente au détail ». Pour autant, cette interdiction d'emballages plastiques ne concernera pas tous les lots.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Michel (78) | 14 octobre 2021 à 21:00:15

Ce micro-management centralisé donc aveugle de tous les détails des citoyens, c'est exactement l'égarement qui a maintenu l'URSS dans les terribles sous-développement et même famines pendant des décennies. Juste un exemple : Carrefour vendait des fruits en barquettes plastique de 1kg (poires Espagne, pêches etc). C'était MOINS CHER qu'en vrac (diminution des pertes, gaspillage et main-d'oeuvre), et on avait 1150-1200g de fruits pour 1000g annoncés. Barquette + suremballage transparents, légers et commodes = 17g, soit 1.7% du poids des fruits. Maintenant, pour "être écolo" (en attendant l'interdiction) ils ont supprimé le suremballage. Il leur a donc fallu augmenter l'épaisseur de la barquette elle-même, qui pèse maintenant... 31g ! Comme toujours la réglementation centralisée donc aveugle a un résultat OPPOSÉ à celui souhaité (et qui sera indéfiniment annoncé puisqu'on n'a jamais vu un gouvernement communiste reconnaître une erreur). Versailles, Thu 14 Oct 2021 21:00:15 +0200

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La tentation d’arrêter l’élevage n’est plus taboue

Écrivent les présidents de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne dans une longue lettre ouverte rendue publique le 26 novembre et adressée au ministre de l’Agriculture et aux élus de la région.