Le Réveil Lozère 23 mars 2022 a 15h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

L'État appelle à un « effort de solidarité indispensable »

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Comme annoncé mercredi lors de la présentation du plan de résilience, le gouvernement a réuni, le 18 mars, les acteurs de la chaîne alimentaire pour demander aux industriels et aux distributeurs de « se remettre autour de la table et revoir le contenu des contrats » conclus lors des négociations commerciales. Il appelle les parties prenantes à « un effort de solidarité indispensable » sur les marques nationales et les marques de distributeurs (MDD). Les clauses de renégociation, étendues par Égalim 2 à l'énergie, aux transports et aux emballages, doivent s'exercer « même si les seuils de déclenchement ne sont pas atteints », insiste le ministère de l'Industrie. Le cabinet d'Agnès Pannier-Runacher déplore que les clauses de révision automatique des prix, obligatoires sur les matières premières agricoles, ne soient « pas toujours opérantes ». « Certaines n'ont pas été conclues » et d'autres se déclenchent « tardivement ». « Cette crise aura un impact équivalent, voire supérieur, au premier confinement », prévient le ministère de l'Agriculture. Depuis le début de la guerre, le 24 février, le prix du blé a augmenté de 36 %, le tournesol de 46 % et le gaz de 90 %. Le ministère signale également des difficultés d'approvisionnement, liées au conflit, sur l'huile de tournesol, le miel et le poisson, sans toutefois craindre des pénuries.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.