Le Réveil Lozère 22 décembre 2021 a 10h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

L'État doit revoir sa stratégie, dit la Cour des comptes

Abonnez-vous Reagir Imprimer

L'État devrait repréciser sa stratégie en matière d'agrocarburants, qui aujourd'hui réduit les gaz à effet de serre de façon limitée, pèse sur la balance commerciale et bénéficie plus à l'agro-industrie qu'aux agriculteurs, souligne la Cour des comptes dans un rapport publié le 20 décembre. Les incitations au développement des biocarburants dit « avancés » (produits à partir de matière première non destinée à l'alimentation humaine) restent en outre « insuffisantes », note la Cour. La France encourage depuis 2004 l'incorporation croissante de biocarburants dans les carburants fossiles, routiers en particulier. Le taux d'énergie renouvelable dans les transports a ainsi atteint 9,25 % en 2019, un niveau « comparativement élevé » au sein de l'UE, relève la Cour des comptes. Pour autant, ces biocarburants dits « conventionnels » affichent un bilan environnemental mitigé, note la Cour. Ils ont entraîné une réduction de GES limitée à 4,5 %, par rapport aux carburants uniquement fossiles, loin de l'objectif européen de 6 % en 2020. Ces productions conventionnelles plafonnent depuis une dizaine d'années et le solde commercial, déficitaire depuis 2016, continue à se creuser (472 millions d'euros en 2019), pointe la Cour, qui relève aussi « des bénéfices plus limités pour les agriculteurs que pour les agro-industriels ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En faisant un don de mille litres, par exemple, un producteur permet de nourrir environ vingt familles pendant un an

explique la fédération des banques alimentaires (premier réseau d’associations d’aide alimentaire).