Le Réveil Lozère 29 décembre 2021 a 15h00 | Par Marion Ghibaudo

L'historien Jean-Marc Moriceau plonge dans le mythe de la Bête du Gévaudan

Samedi 4 décembre, l'historien Jean-Marc Moriceau est venu présenter son ouvrage, « La bête du Gévaudan, mythe et réalités », aux Mendois. Un livre, qui est une refonte complète, enrichie de nouvelles recherches par rapport à son premier ouvrage sur le sujet, paru en 2008.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Samedi 4 décembre, l'historien Jean-Marc Moriceau est venu présenter son ouvrage, « La bête du Gévaudan, mythe et réalités », aux Mendois. Un livre, qui est une refonte complète, enrichie de nouvelles recherches par rapport à son premier ouvrage sur le sujet, paru en 2008.
Samedi 4 décembre, l'historien Jean-Marc Moriceau est venu présenter son ouvrage, « La bête du Gévaudan, mythe et réalités », aux Mendois. Un livre, qui est une refonte complète, enrichie de nouvelles recherches par rapport à son premier ouvrage sur le sujet, paru en 2008. - © Marion Ghibaudo

Cette conférence a eu lieu dans le cadre des actions culturelles menées par le musée du Gévaudan - musée qui devrait ouvrir ses portes en 2022 à Mende. Pendant près d'une heure avant de répondre aux questions du public, l'historien normand et professeur à l'université de Caen a tenu son auditoire en haleine, retraçant l'histoire de ces loups anthropophages et de ce que l'histoire a retenu de ce moment historique (1764 à 1767, environ). Égratignant au passage les conteurs modernes, qui ont préféré s'appuyer sur le mythe plutôt que sur les faits réels pour retranscrire l'histoire de « cette bête féroce ».
Dans cette somme de 400 pages, très documentée, l'historien revient sur l'histoire de la bête du Gévaudan, mais aussi sur son retentissement exceptionnel en France et à l'étranger - un épisode qui a marqué les esprits à l'époque et qui continue de fasciner aujourd'hui encore.
Et pourtant, rappelle Jean-Marc Moriceau, « des épisodes similaires, à des époques proches, se sont déroulés dans d'autres endroits de France, parfois bien pires au niveau des morts et blessés, mais n'ont pas eu le même retentissement que celui-ci ». Alors, qu'est-ce qui explique l'ampleur prise par cette affaire, qui n'a somme toute, duré que trois ans ? Des éléments de réponse peuvent être trouvés dans le contexte de l'époque : une paix durable s'est installée en France, les grandes guerres étant terminées ; l'essor de la presse, aussi, qui s'est emparé de ce sujet en décrivant les péripéties de la Bête du Gévaudan à ses lecteurs.
Dix ans. C'est le temps qu'il aura fallu à ce passionné pour parcourir les archives et les documents d'époque, trier le vrai du mythe, et proposer un livre passionnant qui rappelle aussi les conditions de vie des paysans de l'époque. « Cette affaire démontre aussi l'irruption du sauvage dans les campagnes profondes, et le choc culturel qu'il a engendré », note l'historien

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.