Le Réveil Lozère 30 janvier 2019 a 11h00 | Par Marie-Laure Berland

L’incompatibilité du statut du fermage avec le travail à façon

Les jurisprudences récentes appellent à la prudence les fermiers qui ont recours exclusivement au travail à façon sur les terres en location.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Pour rappel, le statut du fermage oblige le fermier à travailler de manière effective et permanente sur les terres en location. Le recours au travail à façon peut s’avérer dangereux au regard du statut du fermage. En effet, Il n’est pas à exclure, que le propriétaire considère que l’exploitation de manière effective et permanente n’est plus remplie par le fermier et qu’il s’agit alors d’une sous-location ou d’une cession prohibée. Dans le même esprit, le preneur qui abandonne ses parcelles à un prestataire, risque de voir son bail non renouveler ou de se voir opposer un refus en cas de demande de cession de bail à un descendant ou un conjoint.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1495, du 31 janvier, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.