Le Réveil Lozère 10 juillet 2019 a 09h00 | Par Nancy Sagnet

L’inquiétude des agriculteurs

Suite à l’appel à mobilisation de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs, les responsables professionnels de la FDSEA et des JA de Lozère ont rencontré, jeudi 4 juillet, Christine Wils-Morel, préfète de la Lozère et Xavier Gandon, DDT.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
FDSEA et JA ont pu s’entretenir jeudi dernier avec Christine Wils-Morel, préfère de Lozère et Xavier Gandon, DDT.
FDSEA et JA ont pu s’entretenir jeudi dernier avec Christine Wils-Morel, préfère de Lozère et Xavier Gandon, DDT. - © Nancy Sagnet

« Plus de 30 000 éleveurs de bovins viande sont en péril avec la ratification de l’accord UE-Mercosur en l’état », résume Vincent Bonnet, président des Jeunes agriculteurs, le jeudi 4 juillet après avoir rencontré Christine Wils-Morel, préfète de la Lozère et Xavier Gandon, directeur départemental des territoires. « En Lozère, cela concerne plus de la moitié des exploitations du département à savoir 1 200 exploitations agricoles », ajoute Olivier Boulat, président de la FDSEA. Après l’appel à mobilisation national de la FNSEA et des JA, chaque département a rencontré son préfet pour faire part de leurs doléances. En Lozère, cette rencontre a donc eu lieu jeudi dernier.
« L’accord prévoit l’importation de 99 000 tonnes bovine avec un droit à 7,5 %. Ce contingent serait augmenté entre 55 % pour la viande fraîche et 45 % pour la viande congelée. Ce volume serait progressivement mis en œuvre sur cinq ans », selon un communiqué de la FNSEA. « Cette quantité peut paraître faible à l’échelle européenne, mais ce sont principalement des morceaux nobles (aloyau, entrecôte) qui seront sur le marché à de très bas prix puisqu’il n’y aura quasiment pas de droit de douane. C’est l’équivalent d’un million de vaches. Face à ces produits, nous serons jamais concurrentiels, s’inquiète Olivier Boulat. La filière étant déjà fragilisée, si dans cinq ou six ans l’accord est ratifié, comment pourront nous installer de jeunes ».

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1518, du 11 juillet 2019, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.