Le Réveil Lozère 15 mai 2019 a 10h00 | Par MN

L’Inra veut intégrer la biodiversité au cœur des systèmes agricoles et alimentaires

Au moment où Paris est la capitale mondiale de la biodiversité, l’Inra a présenté, lors d’une conférence de presse le 30 avril, sa vision de la biodiversité.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

« La biodiversité, moteur des agroécosystèmes, est aussi au cœur de la production agricole ». Le lendemain de l’ouverture de la 7e session plénière de l’IPBES, qui se tient du 29 avril au 4 mai au siège de l’Unesco à Paris, l’Inra a voulu montrer que les connaissances sur la biodiversité sont non seulement utiles pour comprendre les phénomènes biologiques, éclairer l’action publique, mais aussi pour améliorer les systèmes de production agricole. « Les scientifiques considèrent aujourd’hui la biodiversité comme un atout dans les transitions nécessaires, en lien avec la production alimentaire, la gestion des espaces ruraux et forestiers », a indiqué Thierry Caquet, écologue et directeur scientifique « environnement » à l’Inra.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1510, du 16 mai 2019, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En passant la brique de lait demi-écrémée à 0,80 € en magasin (contre 0,76 € auparavant, NDLR), nous arrivons à payer les producteurs 430 € les 1000 l. Par contre, je ne dégage aucune marge, si ce n’est les 10 % d’Égalim

explique Michel Biero, directeur Achats Lidl France, qui souhaiterait voir ses concurrents lui emboîter le pas.