Le Réveil Lozère 23 décembre 2021 a 12h00 | Par CL, Terres d'Ariège

L'OP bovine d'Arterris mise sur les broutards et le boeuf gras

L'organisation de producteurs bovine d'Arterris a tenu son assemblée générale le 9 décembre dans les locaux du groupe Gasconne des Pyrénées. L'occasion pour la coopérative de présenter ses projets et partenariats.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
L'organisation de producteurs bovine d'Arterris a tenu son assemblée générale le 9 décembre dans les locaux du groupe Gasconne des Pyrénées. L'occasion pour la coopérative de présenter ses projets et partenariats.
L'organisation de producteurs bovine d'Arterris a tenu son assemblée générale le 9 décembre dans les locaux du groupe Gasconne des Pyrénées. L'occasion pour la coopérative de présenter ses projets et partenariats. - © CL, Terres d'Ariège

Le 9 décembre, Laurent Simon, directeur de la filière bovine d'Arterris, Mickaël Marcerou, président de l'organisation de producteurs (OP), et Éric Domergue, directeur nutrition et production animale, ont accueilli une vingtaine d'éleveurs à l'occasion de l'assemblée générale de l'OP. « Cette année encore, notre activité a été marquée par la crise sanitaire mais nous sommes parvenus à continuer de travailler de manière fluide auprès des éleveurs et à sortir des animaux des exploitations pour les commercialiser », a brièvement résumé le président de l'OP.
La problématique sanitaire a ensuite été longuement évoquée par Mickaël Marcerou : « à ce jour, en ce qui concerne la FCO, de plus en pus d'animaux sont vaccinés, mais nous avons atteint un seuil de stagnation. Quant à l'IBR, elle sera le plus gros sujet de l'année à venir car il y a un vrai enjeu national quant à son éradication. Les statuts de nos bêtes sont très regardés à échelle internationale mais aussi nationale et cette problématique aura sa place dans l'évolution des marchés européens ».

Promouvoir le gras à Paris
Le président a ensuite rappelé le rôle principal de l'OP qui est d'aiguiller les éleveurs à produire selon le marché, mais aussi d'influencer le marché pour répondre aux productions sur le terrain. « La régularité des produits a de plus en plus d'importance pour les acheteurs, en particulier dans le marché du gras que nous développons depuis juin par le biais de la marque Occitalia », a-t-il précisé.
En effet, cette marque a pour vocation de commercialiser des bêtes grasses à Rungis, à destination des bouchers haut de gamme et des restaurateurs. À ce jour, 157 vaches limousines et blondes ont été abattues à destination de ce marché. « Nous souhaitons développer cette filière, qui n'est pour l'instant pas soumise à un cahier des charges. Cependant, pour assurer une régularité sur la qualité des produits, nous envisageons d'imposer que les bêtes soient exclusivement engraissées grâce à l'aliment Arterris dédié », a présenté Éric Domergue.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En faisant un don de mille litres, par exemple, un producteur permet de nourrir environ vingt familles pendant un an

explique la fédération des banques alimentaires (premier réseau d’associations d’aide alimentaire).