Le Réveil Lozère 13 novembre 2019 à 09h00 | Par RM

L’UE et la Chine signent un accord bilatéral

Il a fallu huit ans et 22 rounds de négociation pour que l’accord entre l’Union européenne et le gouvernement de la République populaire de Chine sur la coopération et la protection des indications géographiques, puisse enfin voir le jour, le 6 novembre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Bertrand Vissac – Inra

L’Union européenne et la Chine ont clos le 6 novembre leurs négociations, lancées initialement en 2010, sur un accord bilatéral visant à protéger cent indications géographiques (IG) européennes en Chine et cent IG chinoises dans l’UE contre les imitations et les usurpations. Pour Phil Hogan qui a déjà pris ses marques en tant que futur commissaire au Commerce, « cela est une nouvelle étape dans la reconnaissance mondiale des indications géographiques, nous permettant de préserver le mode de production traditionnel de ces produits de haute qualité, de préserver notre patrimoine alimentaire et de contribuer aux économies rurales, aux consommateurs européens et chinois », déclare-t-il le 6 novembre à Pékin en présence du ministre chinois du Commerce Zhong Shan à l’occasion de la signature de l’accord bilatéral avec la République populaire de Chine.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1534, du 14 novembre 2019, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.