Le Réveil Lozère 09 octobre 2021 a 12h00 | Par AJ

L'UFC-Que choisir veut réformer la gouvernance de l'Inao

L'association de consommateurs UFC-Que choisir attaque les appellations d'origine protégées ainsi que les labels rouges qu'elle juge « trop permissifs ». Pour elle, seule une révision de la gouvernance de l'Inao permettra de redonner confiance aux consommateurs.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
L'association de consommateurs UFC-Que choisir attaque les appellations d'origine protégées ainsi que les labels rouges qu'elle juge « trop permissifs ». Pour elle, seule une révision de la gouvernance de l'Inao permettra de redonner confiance aux consommateurs.
L'association de consommateurs UFC-Que choisir attaque les appellations d'origine protégées ainsi que les labels rouges qu'elle juge « trop permissifs ». Pour elle, seule une révision de la gouvernance de l'Inao permettra de redonner confiance aux consommateurs. - © JC Gutner/Illustration

« Une gouvernance qui inspire davantage confiance, c'est tout l'intérêt des appellations d'origine protégées et des labels rouges pour retrouver la véritable confiance des consommateurs », a résumé Alain Bazot, président de l'UFC-Que choisir, lors d'une conférence de presse commune avec le WWF et Greenpeace le 28 septembre. Pour y parvenir, le représentant des consommateurs demande une révision de la gouvernance de l'Inao, l'organisme public en charge de la gestion des signes officiels de qualité qu'il estime « trop juge et partie ».
L'UFC-Que choisir, suivie dans cette voie par WWF ainsi que Greenpeace, voudrait élargir la représentation de la société civile au sein des comités techniques qui composent l'Inao. « Au sein des comités techniques il y a une surreprésentation des professionnels au détriment de l'administration, des consommateurs et de la société civile », déplore le président de l'UFC-Que choisir. Selon lui, l'Inao n'a « aucun pouvoir de contrainte » et les contrôles effectués sont « trop peu indépendants et manquent d'impartialité ». Avec les deux ONG, Alain Bazot souhaiterait également la réalisation d'études d'impact et le renforcement de l'exigence des contrôles au sein des appellations.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La liste (ndlr publiée par la commission européenne) explique parfaitement pourquoi nous demandons depuis le premier jour qu’une étude d’impact complète soit réalisée

ont à nouveau dénoncé les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca).