Le Réveil Lozère 16 décembre 2020 a 10h00 | Par Renaud Saint-André, L’Union du Cantal

L’urgence d’entretenir une forêt qui sèche pour prévenir des risques d’incendie

Les arbres morts au milieu de massifs forestiers denses représentent un risque accru d’incendies difficiles à maîtriser. Les témoins d’un départ de feu plaident pour un meilleur entretien des bois.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
À Leynhac, on estime avoir eu de la chance après avoir maîtrisé un départ de feu lié à la foudre.Mais que ce serait-il passé en pleine forêt ?
À Leynhac, on estime avoir eu de la chance après avoir maîtrisé un départ de feu lié à la foudre.Mais que ce serait-il passé en pleine forêt ? - © Renaud Saint-André

Dans tous les sens du terme, on peut dire qu’ils ont eu chaud. À Leynhac, en Châtaigneraie, au lieu-dit Les Plaines hautes, Philippe Vacher, Raymond Laur, Dominique Bouchery et Sylvain Caumon ne sont pas près d’oublier cette après-midi d’août où la foudre est tombée sur un arbre. « Il y a eu trois départs de feu, car la foudre avait suivi le fil de fer sur une trentaine de mètres », expliquent les témoins, dont la réactivité a permis que l’incendie soit rapidement contenu. Mais surtout, c’est une prise de conscience qui les a vite animés :  « Que serait-il advenu si, ce jour-là, la foudre était tombée sur le massif forestier, à seulement quelques dizaines de mètres de là et pratiquement inaccessible ? »
D’autant que, comme partout ailleurs dans le département, les agriculteurs et riverains constatent la multiplication d’arbres secs, dans les haies ou en pleine forêt.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La tentation d’arrêter l’élevage n’est plus taboue

Écrivent les présidents de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne dans une longue lettre ouverte rendue publique le 26 novembre et adressée au ministre de l’Agriculture et aux élus de la région.