Le Réveil Lozère 21 avril 2021 a 09h00 | Par Franck Jourdain

La Bretagne lance une « Maec » pour l’agriculture de conservation

La région Bretagne vient de lancer une mesure de soutien à l’agriculture de conservation des sols. Objectif : accompagner cent agriculteurs d’ici cinq ans. Intitulée Maec sols, comme la politique communautaire, elle n’est toutefois pas soutenue par l’Europe.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Cyrielle Delisle

La région Bretagne vient de se doter d’un nouvel instrument qu’elle a choisi d’appeler « Maec sols », du nom de la mesure agro-environnementale communautaire. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une Maec, puisque l’Union européenne ne la finance pas, mais l’esprit est le même. Elle vise à accompagner financièrement cent agriculteurs sur deux périodes de cinq ans pour qu’ils couvrent les sols toute l’année, stoppent le labour au bout de deux ans et diversifient leurs rotations.
Les absences de l’Union européenne et de l’État sont compensées par un acteur privé, le fonds carbone Livelihoods, qui verse avec le conseil régional 3 millions d’euros chacun. Livelihoods finance depuis 2011 des projets de restauration d’écosystèmes dans des pays en développement en contrepartie de crédits carbone recherchés par ses financeurs (Danone, Michelin, La Poste, Schneider Électric, etc.). C’est la première fois qu’il intervient en Occident.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La tentation d’arrêter l’élevage n’est plus taboue

Écrivent les présidents de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne dans une longue lettre ouverte rendue publique le 26 novembre et adressée au ministre de l’Agriculture et aux élus de la région.