Le Réveil Lozère 04 mars 2020 a 09h00 | Par David Lefebvre

La bulle, pour capter l’attention

Au-delà de la sensation de fraîcheur qu’elle confère, la bulle de crémant ou de champagne est un stimulateur exceptionnel de l’attention. Car son côté à la fois piquant et irritant, mais aussi rafraîchissant, active le siège cérébral de l’émotion.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © DR

Dans une flûte de crémant ou de champagne, « la bulle par son caractère dynamique capture l’attention. » Pour le cerveau, c’est un « objet vivant, vibrant, stimulant, rafraîchissant », explique le neuroscientifique Gabriel Lépousez. A priori, le « signal » sensoriel de la bulle est « piquant, irritant, déplaisant ». Et pourtant, il est associé à du plaisant, du rafraîchissant. Et le cerveau discerne bien ces deux sensations antagonistes. Or, dans cette situation conflictuelle de perception, le cerveau exprime l’envie de goûter à cette bulle. Pourquoi  ? « De même, pourquoi recherchez-vous des épices piquantes, de la moutarde, du piment  ? ». Les parfumeurs, poursuit Gabriel Lépousez, construisent leurs parfums sur ce même antagonisme. Dans le jasmin aux odeurs florales envoûtantes, il y a toujours un peu d’indole, composé odoriférant aux notes rebutantes d’excrément. Cela participe « du même schéma d’association d’un élément positif et négatif ».

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1550, du 5 mars 2020, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Nous avons eu l’agréable surprise de voir les Français présents aux achats

explique Cassandre Matras, responsable de projets au sein de l’Idele.