Le Réveil Lozère 04 mars 2020 � 09h00 | Par David Lefebvre

La bulle, pour capter l’attention

Au-delà de la sensation de fraîcheur qu’elle confère, la bulle de crémant ou de champagne est un stimulateur exceptionnel de l’attention. Car son côté à la fois piquant et irritant, mais aussi rafraîchissant, active le siège cérébral de l’émotion.

Abonnez-vous R�agir Imprimer
- © DR

Dans une flûte de crémant ou de champagne, « la bulle par son caractère dynamique capture l’attention. » Pour le cerveau, c’est un « objet vivant, vibrant, stimulant, rafraîchissant », explique le neuroscientifique Gabriel Lépousez. A priori, le « signal » sensoriel de la bulle est « piquant, irritant, déplaisant ». Et pourtant, il est associé à du plaisant, du rafraîchissant. Et le cerveau discerne bien ces deux sensations antagonistes. Or, dans cette situation conflictuelle de perception, le cerveau exprime l’envie de goûter à cette bulle. Pourquoi  ? « De même, pourquoi recherchez-vous des épices piquantes, de la moutarde, du piment  ? ». Les parfumeurs, poursuit Gabriel Lépousez, construisent leurs parfums sur ce même antagonisme. Dans le jasmin aux odeurs florales envoûtantes, il y a toujours un peu d’indole, composé odoriférant aux notes rebutantes d’excrément. Cela participe « du même schéma d’association d’un élément positif et négatif ».

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1550, du 5 mars 2020, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Aujourd’hui, la zone des Landes malheureusement est condamnée à très court terme

A déclaré Marie-Pierre Pé, la directrice du Cifog (interprofession du foie gras), sur RTL le 8 janvier. Avec une quarantaine de nouveaux cas depuis le 8 janvier, l’épizootie d’influenza aviaire poursuit sa progression