Le Réveil Lozère 31 août 2022 a 10h00 | Par Marion Ghibaudo

La « Butineuse » ou semer ses prairies naturelles avec des graines locales

Le parc national des Cévennes mène des expérimentations depuis 2020 pour dupliquer des prairies permanentes riches floristiquement et semer les graines dans des parcelles dégradées.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Lise Merlin –PNC

Du 5 au 7 juillet, dix agriculteurs et treize habitants des Cévennes ont assisté à la récolte de graines de 4 ha de prairies naturelles par une machine agricole dénommée la « Butineuse » sur la Can de Ferrières et au Bramadou. Une machine venue tout droit de Suisse, pesant moins de 100 kg, et servant exclusivement à récolter des prairies diversifiées.
La e.Beetle 2.0, de son vrai nom, a fait ses premiers pas en Lozère grâce à l’entreprise Semence nature, basée dans les Hautes-Pyrénées et qui a fait l’acquisition de cette machine tout récemment. « Disons que c’était une première pour tout le monde », s’amuse Lise Merlin, technicienne au PNC et en charge de cette expérimentation, commencée en 2020, et qui a pour objectif de « donner des outils aux agriculteurs locaux qui souhaitent ensemencer leurs prairies permanentes avec des graines locales ». L’autre objectif affiché est « d’obtenir des stocks semenciers diversifiés et locaux sur les exploitations pour implanter des prairies permanentes économes en charges d’intrants, adaptées au territoire et qui répondent aux objectifs de production de fourrage, notamment, des éleveurs » a détaillé Lise Merlin.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.