Le Réveil Lozère 18 novembre 2020 à 10h00 | Par GDS Lozère

« La BVD nous a coûté 10 000 euros sur notre résultat annuel »

Nicolas Meyrial Lagrange est installé en Gaec avec ses frères depuis 2003 sur l’exploitation familiale. Dans les années 1990, la BVD a touché leurs troupeaux bovins lait et bovins viande. Une mauvaise expérience qui l’a convaincu de l’importance du plan BVD et l’a incité à s’impliquer au GDS il y a déjà huit ans, et à en devenir secrétaire général.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Nicolas Meyrial Lagrange est installé en Gaec avec ses frères depuis 2003 sur l’exploitation familiale. Dans les années 1990, la BVD a touché leurs troupeaux bovins lait et bovins viande.
Nicolas Meyrial Lagrange est installé en Gaec avec ses frères depuis 2003 sur l’exploitation familiale. Dans les années 1990, la BVD a touché leurs troupeaux bovins lait et bovins viande. - © Marion Ghibaudo

« Dans les années 1990, nous achetions des vaches croisées charolaises, c’est comme ça que la BVD est arrivée chez nous », détaille l’agriculteur. Problème à l’époque : le bon diagnostic est tombé plusieurs mois après les premières infections, car la BVD n’était pas la première maladie recherchée. « Ça nous a mis bien le bazar sur l’exploitation », se rappelle l’éleveur.
« Dix veaux sont nés, et tout de suite, nous avons eu des problèmes de diarrhées, etc. Et nous ne comprenions pas d’où cela pouvait venir », décrit Nicolas Meyrial Lagrange. À force de questionnements, et d’analyses faites avec leurs vétérinaires, la solution est enfin trouvée. « Le problème de la BVD, c’est que ça diminue l’immunité des animaux, qui attrapent donc toutes les maladies qui passent », insiste l’agriculteur.
Mais les veaux ont déjà neuf à dix mois et répandu la maladie au sein du troupeau. « Entre les analyses et les pertes indirectes, ça nous a coûté près de 10 000 euros sur le résultat de l’année, cette histoire », affirme l’éleveur qui garde un souvenir tranché de cette période. Et l’impact s’est fait sentir jusqu’à deux ans plus tard.
« Depuis, nous vaccinons nos bêtes contre cette maladie chaque année pour minimiser les problèmes », souligne Nicolas Meyrial Lagrange. En plus de cette vaccination à large échelle, les associés ont aussi changé leur méthode : ils n’achètent plus de vaches pleines (c’est durant la gestation, entre le 40e et le 125e de jour, que les IPI se forment), mais uniquement des reproducteurs qu’ils mettent à l’isolement, en les dépistant systématiquement.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.