Le Réveil Lozère 25 novembre 2021 a 10h00 | Par ED

La chambre d’agriculture revient aux fondements de l’élevage bovin laitier

Le 18 novembre, une formation était dispensée par la chambre d’agriculture sur les repères techniques à connaître en élevage bovin laitier. Reportage au Gaec Pic à Saint-Amans, où les stagiaires ont repris les bases une à une.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le 18 novembre, une formation était dispensée par la chambre d’agriculture sur les repères techniques à connaître en élevage bovin laitier. Reportage au Gaec Pic à Saint-Amans, où les stagiaires ont repris les bases une à une.
Le 18 novembre, une formation était dispensée par la chambre d’agriculture sur les repères techniques à connaître en élevage bovin laitier. Reportage au Gaec Pic à Saint-Amans, où les stagiaires ont repris les bases une à une. - © ED

« Chacun prend une vache et on fait comme j’ai montré. On nettoie les mamelles, on tire les premiers jets et si le lait est bon, s’il n’y a pas de grumeaux, on branche ». Au petit matin du 18 novembre, la petite salle de traite (deux fois cinq rangées avec décrochage automatique) du Gaec Pic, à Saint Amans, s’est transformée en salle de cours sur les repères techniques utiles pour mener à bien un élevage de bovins laitiers.
Sept stagiaires sont venus de tout le département pour écouter les conseils de Franck Villevieille, technicien élevage spécialisé génétique bovin lait et formation à la chambre d’agriculture. Deux jours plus tôt, ils s’étaient déjà retrouvés à Châteauneuf-de-Randon pour une journée similaire sur les bovins allaitants.
Cette double formation, originellement prévue en 2019 mais repoussée en raison du Covid‑19, était destinée aux salariés agricoles effectuant des missions de remplacement, via le groupement d’employeurs Areal ou par le biais du Service de remplacement de Lozère. « Cette expérience est une première. On fait ce type de formation pour revenir aux bases, car on constate qu’il y a un savoir-faire technique qui se perd », explique Franck Villevieille qui déplore avoir entendu parler de « remplaçants qui arrivent dans les exploitations sans savoir traire ».

Cours de morphologie
Sous le regard du formateur et de Christian Pic, cogérant de l’exploitation, les stagiaires ont commencé par revoir la traite, étape par étape, en s’exerçant sur les montbéliardes et les abondances défilant en salle de traite. L’occasion aussi de réviser les points sur lesquels il faut se montrer vigilant, notamment pour repérer les mammites. Une fois la pratique achevée, les stagiaires, dont certains venaient juste de quitter le lycée, ont eu droit à un cours détaillé de morphologie. « À la sortie d’études, ils savent bien se servir d’un ordinateur et ils connaissent très bien les vaches sur écran mais dans la réalité, on a de vraies lacunes », justifie Franck Villevieille.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La tentation d’arrêter l’élevage n’est plus taboue

Écrivent les présidents de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne dans une longue lettre ouverte rendue publique le 26 novembre et adressée au ministre de l’Agriculture et aux élus de la région.