Le Réveil Lozère 07 mai 2021 a 18h00 | Par Chambre d'agriculture de Lozère

La chambre d’agriculture s’engage sur le « bon diagnostic carbone »

Parmi les mesures annoncées par le gouvernement dans le cadre du plan de relance, un « bon diagnostic carbone » avait été imaginé. Le dispositif est désormais opérationnel depuis le 30 avril.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Parmi les mesures annoncées par le gouvernement dans le cadre du plan de relance, un « bon diagnostic carbone » avait été imaginé. Le dispositif est désormais opérationnel depuis le 30 avril.
Parmi les mesures annoncées par le gouvernement dans le cadre du plan de relance, un « bon diagnostic carbone » avait été imaginé. Le dispositif est désormais opérationnel depuis le 30 avril. - © Émilie Wood/Illustration

Doté d’une enveloppe de dix millions d’euros nationalement, cette mesure s’adresse aux agriculteurs installés depuis moins de cinq ans, peu importe la forme sociétaire (individuel, en Gaec, etc.), et bénéficiaires ou non de la dotation jeunes agriculteurs. La chambre d’agriculture de la Lozère va déployer la mesure « bon diagnostic carbone » sur une quarantaine d’élevages du département, entre le 1er juin et le 31 décembre. Ce « bon diagnostic carbone » permet de prendre en charge 90 % du coût d’un accompagnement dans une démarche à la fois de réduction des gaz à effet de serre et d’amélioration du stockage du carbone sur leur exploitation : diagnostic carbone, plan d’action et journées de conseil. Selon les informations données par le ministère de l’agriculture, le reste à charge des agriculteurs qui souhaiteraient se lancer dans ce diagnostic devrait être de l’ordre de 200 à 250 euros. Le prix d’un diagnostic carbone, hors aides, tourne autour de 2 000 à 2 500 euros, a confirmé la chambre d’agriculture.
Trois agents de la chambre d’agriculture de Lozère seront mobilisés sur ce dossier, « et les ajustements nécessaires seront apportés suivant les demandes », a confirmé la chambre d’agriculture. Ces partenariats reflètent la volonté commune de mobiliser les agriculteurs sur l’enjeu majeur de l’atténuation du changement climatique. « Une fois labellisé, un exploitant pourra obtenir des crédits carbone valorisables auprès d’entreprises agissant pour la compensation de leur empreinte environnementale », a rappelé le ministère de l’agriculture.

En savoir plus

Pour plus d’informations, contacter la chambre d‘agriculture à Mende au 04 66 65 62 00.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Il est nécessaire que les particularités des projets agricoles soient prises en compte : la FNSEA et l’Apca poursuivront leur combat pour exclure les bâtiments à vocation agricole du dispositif

lancent les organisations dans un communiqué le 4 juin.