Le Réveil Lozère 10 novembre 2020 à 09h00 | Par Marion Ghibaudo

La chasse est seulement autorisée pour « la régulation de certaines espèces »

Si le premier confinement n'avait pas impacté la chasse, notamment en Lozère puisqu'elle n'était pas encore ouverte, ce deuxième confinement a donné lieu à un certain flou autour de cette activité, en plein coeur de la saison.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Si le premier confinement n'avait pas impacté la chasse, notamment en Lozère puisqu'elle n'était pas encore ouverte, ce deuxième confinement a donné lieu à un certain flou autour de cette activité, en plein coeur de la saison.
Si le premier confinement n'avait pas impacté la chasse, notamment en Lozère puisqu'elle n'était pas encore ouverte, ce deuxième confinement a donné lieu à un certain flou autour de cette activité, en plein coeur de la saison. - © JC Gutner/Illustration

« Le maître mot reste et doit rester la solidarité entre tous les citoyens », a écrit André Thérond, président de la fédération départementale des chasseurs de Lozère, dans une lettre ouverte.
Lors de l'annonce de ce second confinement mis en place au 29 octobre 2020, « toute forme de chasse a été suspendue », relève André Thérond. Si certains chasseurs, au niveau national, ont cru qu'ils pouvaient aller chasser dans les limites « d'une heure par jour et d'un rayon d'un kilomètre », ils ont vite déchanté : la chasse a été interdite sous toutes ses formes, a confirmé le gouvernement. Cependant, des problèmes liés à cette interdiction ont rapidement été mis à jour, notamment pour tout ce qui concerne les dégâts dus à la faune sauvage et la régulation de ces espèces, qui se chiffrent chaque année à des centaines de milliers d'euros.
« Dans ce cadre », précise Bérangère Abba, secrétaire d'État chargée de la biodiversité, dans une circulaire adressée aux préfets de département en fin de semaine dernière, « seront organisées, sous le contrôle des préfets de département, des actions de régulation de la faune sauvage susceptible d'occasionner des dégâts aux cultures et aux forêts, et dont la population doit être régulée. C'est notamment le cas des populations de sangliers et de chevreuil. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Il est inacceptable que les personnes qui produisent la majeure partie des aliments consommés dans le monde et qui sont les plus exposées face à des conditions météorologiques de plus en plus imprévisibles, soient aussi celles qui bénéficient du plus faible appui.

A déclaré Gilbert F. Houngbo, président du Fonds international de développement agricole (Fida), cité dans un communiqué.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui