Le Réveil Lozère 07 octobre 2020 à 09h00 | Par Marie-Pascale Vincent

La Châtaigne des Cévennes obtient l’AOC

Après quinze ans de démarches et réflexions, l’AOC Châtaigne des Cévennes vient d’être reconnue par la France. Une notoriété qui devrait permettre de développer les marchés, en attendant l’AOP.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Après quinze ans de démarches et réflexions, l’AOC Châtaigne des Cévennes vient d’être reconnue par la France. Une notoriété qui devrait permettre de développer les marchés, en attendant l’AOP.
Après quinze ans de démarches et réflexions, l’AOC Châtaigne des Cévennes vient d’être reconnue par la France. Une notoriété qui devrait permettre de développer les marchés, en attendant l’AOP. - © Marie-Pascale Vincent

Avec les pluies qui ont arrosé les Cévennes en septembre, la récolte des châtaignes qui vient de commencer se présente sous de bons auspices. Et pas seulement pour des raisons d’hygrométrie. Après 15 ans de démarches et de réflexion, l’association des producteurs de Châtaigne des Cévennes qui a son siège en Lozère à Saint-Privat-des-Vieux, vient d’obtenir son AOC Châtaigne des Cévennes.
« L’AOC sonne comme une reconnaissance pour le territoire, ses produits et les savoir-faire, commente Nadia Vidal, présidente de l’association, élue à la chambre d’agriculture de Lozère et membre associée à la chambre d’agriculture Occitanie. Elle apporte des perspectives de développement qui vont nous aider à conforter les volumes de production. C’est d’autant plus important qu’en Lozère, sur la zone Cévennes, chaque nouvelle installation ou presque comporte un volet châtaigne. »
L’AOC Châtaigne des Cévennes, dont la France vient de valider le cahier des charges concerne une trentaine de variétés traditionnelles, aguyane, pellegrine, figarette, etc., et exclut les variétés hybrides telles que bouche de Bétizac, M15, marigoule. Elle s’étend sur les départements du Gard, de la Lozère et de l’Hérault, deux communes de l’Aveyron et du Tarn, soit 208 communes au total. Elle s’applique aux châtaignes fraîches mais aussi aux produits secs, châtaignes séchées et farine. « Malgré le chemin parcouru, nous ne sommes pas au bout, estime Nadia Vidal. Le dossier va maintenant partir pour l’Europe de façon à obtenir l’AOP, au mieux d’ici la fin 2021. Ensuite, il faudra travailler la notoriété des produits. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui