Le Réveil Lozère 04 mars 2020 a 09h00 | Par Copage

La collecte des plastiques 2020 réduite au printemps

Depuis 2018, le marché international des plastiques est en crise, déstabilisé et saturé. Les plastiques agricoles européens sont moins attractifs et les stocks de matière usagée s’accumulent.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Copage

Pour les structures organisatrices des collectes, comme le Copage en Lozère, cela se traduit par un soutien à la valorisation amoindri qui ne permet plus d’assurer l’équilibre financier de l’opération, d’autant que le Département et la Région s’interrogent eux aussi sur leur soutien pour 2020. Un nouvel échange est prévu cette semaine avec la Région pour défendre le dossier. En effet, l’éco-contribution payée par les agriculteurs lors de l’achat des différents films plastiques est destinée à financer le recyclage des matières et non pas l’organisation de la phase de collecte telle qu’aujourd’hui proposée par le Copage sur le département lozérien.
Conscients des efforts réalisés par les agriculteurs depuis des années pour atteindre des résultats tout à fait satisfaisants voire exemplaires, les élus de l’association Copage ont fait le choix de maintenir la collecte des plastiques 2020 moyennant une évolution des modalités.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si les choses en restent là, on devrait pouvoir maîtriser complètement cette épizootie, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas encore des semaines de travail

a souligné tout en prudence Fabienne Buccio, la préfète de Gironde et de Nouvelle Aquitaine, lors de ses vœux à la presse à Bordeaux, d’après l’AFP.