Le Réveil Lozère 30 juin 2021 a 09h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

La Commission avance vers un dispositif d'étiquetage volontaire

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Le Copa-Cogeca (organisations et coopératives agricoles de l'UE) s'est félicité le 22 juin des conclusions du groupe de travail sur l'étiquetage de la plateforme européenne sur le bien-être animal. Les recommandations présentées par la Commission européenne visent à établir un système d'étiquetage volontaire au niveau de l'UE, pour valoriser les pratiques allant au-delà des exigences réglementaires de base, comme lui ont demandé les ministres de l'Agriculture des Vingt-sept au mois de décembre. La Commission reconnaît qu'il existe déjà de nombreuses initiatives au niveau des États membres, salue le Copa-Cogeca. L'organisation professionnelle souligne que le futur système d'étiquetage devra être suffisamment flexible pour intégrer les initiatives existantes et « basé sur des paramètres objectifs, mesurables, facilement applicables à l'ensemble de la chaîne agroalimentaire et basés sur des preuves scientifiques et agronomiques ». Elle rappelle que les producteurs de l'UE appliquent des normes de production animale parmi les plus élevées au monde, et que dans certains États membres, les agriculteurs vont déjà au-delà des exigences législatives.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Cessons d’importer des produits dont nous ne voulons pas, la mise en place de mesures miroirs est une condition majeure pour y arriver

ont écrit dans une tribune publiée le 25 octobre dans le quotidien le Monde, des eurodéputés français issus des rangs de cinq des principaux groupes politiques du Parlement européen.