Le Réveil Lozère 27 octobre 2021 a 11h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

La Commission européenne lance une consultation

Abonnez-vous Reagir Imprimer

La Commission européenne a lancé le 15 octobre (et jusqu'au 21 janvier) une consultation publique sur la révision de la législation relative au bien-être animal. En parallèle de cette consultation, Bruxelles prépare une évaluation de la législation en place, et une étude d'impact qui accompagnera ses propositions attendues pour fin 2023. L'objectif est de garantir un niveau plus élevé de bien-être animal dans l'UE, d'aligner la législation européenne sur les dernières preuves scientifiques, d'élargir son champ d'application et de rendre sa mise en oeuvre plus simple. La réglementation actuelle comprend un texte général portant sur toutes les espèces d'animaux d'élevage et quatre spécifiques pour les porcs, les veaux, les poulets de chair et les poules pondeuses. L'idée est de préciser des règles spécifiques pour toutes les autres espèces. La Commission a également déjà annoncé son intention d'interdire progressivement l'élevage d'animaux en cages à partir de 2027. D'autres sujets comme l'interdiction du broyage des poussins mâles pourrait faire partie du paquet, comme le demandent la France et l'Allemagne. Et parallèlement dans le cadre de la révision des normes de commercialisation, Bruxelles devrait proposer un dispositif européen volontaire d'étiquetage du bien-être animal.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La tentation d’arrêter l’élevage n’est plus taboue

Écrivent les présidents de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne dans une longue lettre ouverte rendue publique le 26 novembre et adressée au ministre de l’Agriculture et aux élus de la région.