Le Réveil Lozère 27 juillet 2022 a 13h00 | Par Agrapresse en collaboration avec le Réveil Lozère

La Commission européenne propose une dérogation pour 2023

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Comme le lui réclamaient depuis plusieurs semaines les ministres de l'Agriculture de l'UE, la Commission européenne a proposé, le 22 juillet, la prolongation en 2023 des dérogations accordées aux règles de la rotation des cultures et de l'utilisation des jachères afin de stimuler la production dans le contexte de la guerre en Ukraine. « À court terme, nous ne pouvons tout simplement pas ignorer les avantages immédiats du maintien d'une partie importante de nos terres agricoles à la production : chaque tonne de blé que nous exportons contribuera à lutter contre la faim dans le monde », a justifié le commissaire européen à l'Agriculture Janusz Wojciechowski. Le texte précise toutefois que la culture de maïs et de soja ne sera pas possible dans ce cadre, et la proposition prévoit que les États membres faisant usage de ces dérogations encouragent les écorégimes et les mesures agro-environnementales programmés dans leurs plans stratégiques nationaux (PSN). En 2022, ces dispositions avaient permis de mobiliser environ 2,5 millions d'hectares (Mha) pour produire principalement des protéagineux et du tournesol. La Commission européenne estime que 1,5 Mha supplémentaires pourrait être mis en production cette fois.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les attaques ne se calment pas et les gens sont à bout de nerfs

prévient Cécile Giboureau, porte-parole syndicale, soulignant que le troupeau de Guzet s’apprêtait à descendre d’estive.