Le Réveil Lozère 17 novembre 2021 a 16h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

La Commission européenne veut proposer une législation contraignante

Abonnez-vous Reagir Imprimer

La Commission européenne devrait annoncer, dans le cadre d'une communication dévoilée le 17 novembre, son intention de proposer une nouvelle réglementation spécifique sur la santé des sols d'ici 2023 avec des dispositions juridiquement contraignantes sur l'utilisation durable des sols. Le projet de texte précise que l'objectif sera de parvenir à zéro artificialisation, à une bonne santé des sols dans toute l'UE d'ici à 2050, et à la neutralité climatique des sols dès 2035. Pour cela, la Commission européenne met en avant la nécessité d'une « forte contribution de la Pac » avec des plans stratégiques nationaux ambitieux. « L'absence de législation européenne spécifique est une cause majeure de l'état alarmant de nos sols et l'absence d'action dans un État membre peut entraîner une dégradation de l'environnement dans un autre », justifie Bruxelles. Une analyse d'impact et des consultations publiques vont donc être lancées avant la présentation des propositions formelles. Mais la question des sols est très sensible pour les États membres, qui se sont jusqu'à présent toujours montrés réticents à avancer sur le sujet, souhaitant garder un maximum de subsidiarité dans le domaine.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.