Le Réveil Lozère 01 septembre 2021 a 11h00 | Par SC

La dérogation à l'utilisation de la charrue valable jusqu'au 12 décembre

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Suite à la demande de la Copamac-Sidam auprès de la DGAL, une décision d'autorisation dérogatoire pour l'utilisation mécanisée d'appâts blé à base de phosphure de zinc (Ratron GW) a été obtenue pour la période du 15 août au 12 décembre 2021.
Cette décision autorise l'application du produit Ratron GW à l'aide d'une charrue-taupe à soc creux qui permet de créer une galerie artificielle et d'y déposer l'appât. Elle est valable uniquement dans le cadre de la lutte contre le campagnol en prairie, dans les territoires faisant l'objet d'une lutte collective organisée au titre d'un plan d'action régional campagnols, et figurant dans un arrêté préfectoral de lutte obligatoire, ou sur la liste régionale des communes concernées et établies par la Draaf. La dose maximale d'application annuelle étant de deux kilos d'appâts par hectare et par an, les quantités déjà appliquées en 2021 sur la parcelle (à la canne ou mécaniquement) sont déduites de cette valeur pour définir la quantité limite de ce traitement mécanisé. L'application à la charrue n'est autorisée que si l'indice de présence des campagnols est inférieur à un sur trois. La déclaration de chantier sept jours avant le traitement n'est plus nécessaire, mais le rapport d'intervention au SRAL et à la Fredon dans les 72 h suivant l'application est toutefois maintenu.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La liste (ndlr publiée par la commission européenne) explique parfaitement pourquoi nous demandons depuis le premier jour qu’une étude d’impact complète soit réalisée

ont à nouveau dénoncé les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca).