Le Réveil Lozère 08 juin 2022 a 10h00 | Par Marion Ghibaudo

La diversité des prairies naturelles mise en lumière

Pour célébrer le travail des agriculteurs et des pâturages, l'Ipamac diffuse une série de vidéos sur les pâturages dans les parcs naturels.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Pour célébrer le travail des agriculteurs et des pâturages, l'Ipamac diffuse une série de vidéos sur les pâturages dans les parcs naturels.
Pour célébrer le travail des agriculteurs et des pâturages, l'Ipamac diffuse une série de vidéos sur les pâturages dans les parcs naturels. - © Nancy Sagnet

« Produire des foins de qualité et proposer des pâturages diversifiés aux vaches et brebis de nos montagnes, n'est pas si simple et demande beaucoup de savoir-faire », expliquent les chargés de mission qui ont construit le projet. Pour célébrer « la diversité de prairies et surfaces pastorales de pelouses, landes, pré-bois, existant dans le massif central », l'Ipamac (association Inter-parcs du Massif central) a donc décidé de tourner et diffuser neuf vidéos présentant les spécificités d'élevage dans chacun des sept parcs composant sa zone de travail. Et a mis en lumière le travail des agriculteurs dans ces zones spécifiques. L'objectif ? « Démontrer l'importance des pratiques pastorales adaptées et soutenir les agriculteurs en montrant les performances environnementales, sociales et économiques de leurs pratiques. »
Les vidéos font voyager du parc naturel régional du Pilat, et ses limousines, où l'éleveur parle de ses techniques pour optimiser le pâturage sur prairies naturelles et parcours, au parc naturel régional Périgord-Limousin où l'on suit un élevage extensif, en gestion herbagère avec des parcelles humides en site Natura 2000. Ses prairies sont diversifiées et gérées de manière à prendre en compte la biodiversité présente. Dans le Quercy, ce sont les brebis qui sont mises à l'honneur, où l'éleveur raconte quels leviers lui ont permis d'atteindre ses objectifs : la diversité de ses ressources pastorales ; la connaissance de leurs valeurs alimentaires ; et l'observation de ses animaux et de leurs interactions avec la végétation. Ou encore dans cette zone méditerranéenne du parc naturel régional du Haut-Languedoc, où un agriculteur raconte comment ses brebis et ses chèvres trouvent ici leur nourriture grâce aux efforts de l'éleveur pour construire un subtil équilibre entre zones herbeuses, broussailles, arbres fruitiers et feuillages.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.