Le Réveil Lozère 19 juin 2019 a 09h00 | Par LE REVEIL LOZERE

La durée minimale du congé maternité des agricultrices allongée à huit semaines (JO)

La durée d’arrêt de travail minimale des non-salariées agricoles en congé maternité est fixée à huit semaines, contre deux auparavant, indique un décret du ministère des Solidarités et de la Santé paru au JO le 14 juin.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Pour percevoir une indemnité de remplacement, les exploitantes agricoles devront désormais « cesser tout travail » sur l’exploitation pendant une période « minimale d’au moins huit semaines dont six semaines de congé post-natal », précise le texte, venant confirmer une disposition prévue dans la loi de finance de la sécurité sociale (LFSS) pour 2019. La durée maximale pour bénéficier de l’allocation de remplacement reste fixée à 16 semaines pour la naissance d’un seul enfant. Autre changement détaillé par le décret : en cas d’impossibilité pour se faire remplacer, les agricultrices pourront désormais percevoir des « indemnités journalières ». Le niveau de cette indemnité « sera le même que celui applicable aux travailleuses indépendantes non agricoles, soit 55,51 € par jour », ont précisé Didier Guillaume, Agnès Buzyn et Marlène Schiappa dans un communiqué commun le 17 juin, voyant dans ces deux mesures une « avancée importante ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.