Le Réveil Lozère 20 janvier 2022 a 08h00 | Par Propos recueillis par S.Chatenet

La dynamique de la filière bousculée par l'envol des charges

Directrice du syndicat des volailles fermières d'Auvergne (Syvofa), Patricia Nifle dresse le bilan de l'activité 2021 marquée par une bonne tenue des ventes.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Patricia Nifle dirige le syndicat des volailles fermières d'Auvergne.
Patricia Nifle dirige le syndicat des volailles fermières d'Auvergne. - © SC

Dindes, chapons, poulardes auvergnats... ont-ils trôné en bonne place sur les tables de fête ?
Tous les animaux qui ont été mis en place ont été correctement vendus. Les volailles fermières d'Auvergne sont reconnues comme des produits de qualité qui séduisent les consommateurs. Toutefois, les changements dans les habitudes de consommation semblent s'être amplifiés cette année, avec un attrait plus marqué pour les pièces plus petites comme les chapons, poulardes et pintades, que pour les dindes. Il y a probablement un effet Covid avec des tablées plus petites, mais avant la pandémie, nous avions déjà constaté ce transfert. Ainsi par rapport à 2020, les ventes de dindes ont diminué de 19,72 % au profit notamment des chapons jaunes (+3,48 %), des poulardes blanches (+19,71 %) et des pintades.


Sur les ventes de volailles en général, quelle est la dynamique ?
Les ventes sont bien orientées. La volaille est toujours l'une des viandes qui est la plus plébiscitée pour son coût modéré et ses apports nutritionnels.

Comment se positionnent les volailles fermières d'Auvergne dans le paysage des labels avicoles ?
Nous sommes toujours en progression, de l'ordre de +2,4 % alors qu'au niveau national, la volaille label est plutôt en baisse. La segmentation bio est aujourd'hui la plus délicate pour nous, comme c'est le cas dans plusieurs filières agricoles. Cette progression assez constante est le fruit d'un travail collectif qui paye. L'image de l'Auvergne est porteuse. Tous les dossiers mis en place pour répondre aux attentes sociétales sont bénéfiques : la traçabilité par l'image, l'étiquetage bien-être animal, le recours à la phytothérapie, l'alimentation non OGM...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.