Le Réveil Lozère 10 septembre 2021 a 11h00 | Par Marion Ghibaudo

La fédération de chasse aborde la rentrée avec sérénité

Mardi 7 septembre, la fédération de chasse lozérienne a tenu sa traditionnelle conférence de presse de rentrée.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Mardi 7 septembre, la fédération de chasse lozérienne a tenu sa traditionnelle conférence de presse de rentrée.
Mardi 7 septembre, la fédération de chasse lozérienne a tenu sa traditionnelle conférence de presse de rentrée. - © Jean-Charles Gutner/Illustration

La chasse en Lozère, c'est : 5 600 chasseurs, 12 pays cynégétiques pour le grand gibier, 261 territoires adhérents. Des chiffres qui démontrent une bonne santé de la chasse malgré des baisses d'effectifs. « Contrairement à l'an passé, la crise de la Covid-19 n'a pas affecté significativement le fonctionnement de la fédération », a souligné André Thérond, et les activités de la fédération ont pu « se dérouler sereinement ». Cependant, les chasseurs ont, eux, été affectés par les annonces de confinement, touchant la saison de chasse 2020-2021. Malgré ce contexte particulier, la fédération de chasse a décidé de « fournir un effort sur les tarifs de permis de chasse départemental, avec une baisse significative du permis de 15 euros », a souligné le président de la fédération. L'ouverture générale de la saison de chasse 2021-2022 aura lieu le dimanche 12 septembre. Pour plus de renseignements, prendre contact avec la fédération de chasse de la Lozère au 04 66 65 75 85.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.