Le Réveil Lozère 04 novembre 2020 à 12h00 | Par Marion Ghibaudo

La Fedev demande l’accès aux exonérations et au chômage partiel

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Dans un communiqué du 2 novembre, la Fedev demande au gouvernement « d’intégrer d’urgence les métiers de la transformation des viandes » dans les « mécanismes d’exonérations des charges sociales et fiscales d’une part et d’accompagnement renforcé du chômage partiel ». Seules peuvent actuellement bénéficier de ces aides les entreprises inscrites dans les listes S1 (secteurs soumis à des restrictions) et S1 bis (entreprises dépendant de ces secteurs). Or, « les entreprises de l’industrie et des commerces en gros des viandes dépendantes de la restauration hors domicile et de l’événementiel ont été arbitrairement exclues de la liste de ces secteurs économiques fragilisés », déplore la fédération des métiers de la viande. Dénonçant « une véritable distorsion de concurrence », la Fedev craint que « le retour des mesures liées à l’état d’urgence sanitaire [ne leur soit] fatal si l’État ne les met pas immédiatement sur un pied d’égalité avec ces autres secteurs ». Dans son communiqué, la fédération fait état de pertes de chiffre d’affaires qui « s’échelonnent entre 40 et 90 % ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.