Le Réveil Lozère 18 décembre 2019 a 11h00 | Par Agrafil

La ferme « des 1 000 vaches » condamnée à revenir à 500 têtes

Abonnez-vous Reagir Imprimer

La ferme picarde dite « des 1 000 vaches » devra ramener son cheptel à 500 bovins au lieu de 800 actuellement et payer des pénalités pour avoir dépassé « de 59 % » l’effectif fixé par l’État, selon un jugement de la Cour administrative d’appel de Douai. Ce jugement, rendu fin novembre et consulté le 12 décembre par l’AFP, annule une décision de première instance de 2017, qui permettait à l’exploitant d’augmenter le nombre de vaches laitières dans cette ferme géante située à Drucat, près d’Abbeville (Somme). Cette première décision annulait les pénalités financières infligées par la préfecture pour n’avoir pas respecté le seuil de 500 bêtes fixé par l’arrêté d’autorisation initial de 2013. En 2015, la SCEA avait informé la préfecture qu’elle souhaitait « regrouper sur son site d’autres élevages pour atteindre un total de 880 vaches ». Sans retour des autorités, elle avait fait grimper son cheptel à 796 bovins. Pour la Cour d’appel, saisie par le ministère de la Transition écologique, « le silence gardé pendant deux mois par le préfet (…) n’a pas fait naître de décision implicite d’acceptation ». Les juges ont condamné l’exploitant à une amende de 7 800 euros, doublée d’une astreinte de 780 euros par jour jusqu’à la régularisation. L’avocat de l’exploitant a annoncé à l’AFP son intention de se pourvoir en cassation.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Cela reste une proposition, qui doit être validée politiquement et budgétairement. Mais nous espérons qu’un arrêté pourra être publié au cours de la campagne qui s’ouvre

détaille Claude Font, qui avait suggéré début avril de fonder les critères du cercle zéro sur les attaques par massif.