Le Réveil Lozère 29 juillet 2022 a 08h00 | Par Magdeleine Barralon

La ferme du Terray est autonome en énergie

Complètement déconnectée du réseau EDF, la ferme du Terray à Dagneux dans l'Ain fonctionne grâce à des panneaux solaires photovoltaïques.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Jean-Christophe Péguet aux côtés de ses deux fils, Clément et Jérémy.
Jean-Christophe Péguet aux côtés de ses deux fils, Clément et Jérémy. - © La ferme du Terray

« J'ai été dans l'obligation de délocaliser mon élevage parce que le tracé du contournement ferroviaire de l'agglomération lyonnaise traverse le territoire de mon ancienne exploitation. Cela m'empêchait de m'agrandir pour me mettre aux normes », explique Jean-Christophe Péguet de la ferme de Terray à Dagneux dans l'Ain. « Très isolé, le site que nous avons choisi pour notre nouvelle exploitation n'avait ni eau ni électricité. Avec mes fils, Jérémy et Clément, nous avons choisi de relever ce défi et de transformer ce déménagement obligatoire en opportunité. Lorsque nous avons constaté que l'investissement nécessaire pour être autonome était équivalent au coût du raccordement au réseau d'électricité situé à 2 km, soit 90 000 euros, nous nous sommes décidés à franchir le pas. Pour le même montant, nous devenions autonomes avec la perspective d'économiser sur l'abonnement, le prix du kWh et de diminuer notre bilan carbone. »


Une exploitation diversifiée
C'est en 2018 que Jean-Christophe Péguet et ses fils ont commencé à travailler sur le dossier. Après avoir obtenu toutes les autorisations nécessaires, ils ont aménagé les sept hectares de la ferme et installé les conduites pour l'alimentation en eau. Pour bâtir le projet de ferme autonome en énergie, ils se sont adressés à un bureau d'études, la société Zest d'Ambérieu-en-Bugey. L'installation est entrée en fonctionnement en octobre 2021.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En passant la brique de lait demi-écrémée à 0,80 € en magasin (contre 0,76 € auparavant, NDLR), nous arrivons à payer les producteurs 430 € les 1000 l. Par contre, je ne dégage aucune marge, si ce n’est les 10 % d’Égalim

explique Michel Biero, directeur Achats Lidl France, qui souhaiterait voir ses concurrents lui emboîter le pas.