Le Réveil Lozère 08 septembre 2021 a 14h00 | Par Marion Ghibaudo

La fête de l’Aubrac renoue avec son public

Samedi 4 septembre, à Nasbinals, la 3e édition de la fête de l’Aubrac a retrouvé son public et ses animations, après une année en demi-teinte due à la crise sanitaire.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Samedi 4 septembre, à Nasbinals, la 3e édition de la fête de l’Aubrac a retrouvé son public et ses animations, après une année en demi-teinte due à la crise sanitaire. (© Marion Ghibaudo) La championne 2021 du concours Aubrac, appartenant au Gaec Verlaguet-Boissières. « Elle s’est vendue à 8 euros le kilo, et les autres bêtes entre 5,20 euros le kilo et 6,30 euros le kilo &a © Marion Ghibaudo Samedi 4 septembre, à Nasbinals, la 3e édition de la fête de l’Aubrac a retrouvé son public et ses animations, après une année en demi-teinte due à la crise sanitaire. © Marion Ghibaudo Samedi 4 septembre, à Nasbinals, la 3e édition de la fête de l’Aubrac a retrouvé son public et ses animations, après une année en demi-teinte due à la crise sanitaire. © Marion Ghibaudo

« 25 éleveurs, 220 animaux présentés, c’est une belle fête », a relevé Xavier Poudevigne, président de l’Epal (association organisatrice de l’événement), tout sourire. Si l’organisation a été compliquée par les règles sanitaires à mettre en place, « tout le monde a joué le jeu, bénévoles compris, et nous les remercions tous », a tenu à préciser le président de l’Epal. « Beaucoup de jeunes ont participé à la journée, ce qui montre le dynamisme de notre agriculture », a commenté Xavier Poudevigne.
Un dynamisme souligné par le député Pierre Morel-à-l’Huissier : « le socle du département lozérien, c’est l’agriculture. Et voir ces animations qui démontrent toute la diversité de ce métier fait très plaisir ». Une pluralité que le député compte bien continuer de défendre à l’assemblée nationale, dans les dossiers qui touchent à l’agriculture : « nous ne céderons pas sur la loi Égalim 2, la grande distribution doit être bousculée », a-t-il assuré par ailleurs.
Pour Alain Astruc, président de la communauté de communes des Hautes terres de l’Aubrac, cette réunion « autour du monde des éleveurs est une preuve de la vitalité du monde agricole, de ces nouvelles générations et de l’émergence de nouveaux projets ». Pour Bernard Bastide, maire de Nasbinals, cette fête est l’occasion de « mettre en avant la passion des éleveurs lozériens, et de démontrer que l’agriculture est essentielle au département, qu’il est important de maintenir ces fermes vivantes ».

Le concours régional charolais à l’honneur

La fête de l’Aubrac a été l’hôte, pour 2021, du concours charolais sud massif central, regroupant cinq départements (Haute-Loire, Cantal, Lozère, Aveyron, Allier) : « Nous sommes très fiers d’avoir pu tenir ce concours à Nasbinals cette année, a indiqué Francis Pons, président du syndicat charolais aveyronnais. Les liens entre Aubrac et charolais existent depuis longtemps, cette journée en est une preuve ».
Une section « bien-être animal » a été ajoutée cette année aux concours dans tout l’Hexagone, qui concerne les veaux d’automne de 10 mois à 1 an. « Cela permet de mettre en avant les facilités de vêlage, et les animaux présentés sont triés par le Herd-Book avant la présentation », a détaillé Francis Pons. Quant à la vente de bêtes grasses l’après-midi, organisée par Simon Genetic, elle s’est déroulée à la fois sur place et via une plateforme internet. Une organisation particulière, mise en place durant l’année 2020, et qui semble devoir s’implanter durablement dans le paysage des concours.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.