Le Réveil Lozère 28 septembre 2022 a 12h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

La FFPA propose une définition « la plus ouverte possible »

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Alors que le projet de loi sur l'Accélération des énergies renouvelables (AER) a été présenté en Conseil des ministres le 26 septembre, la FFPA (producteurs agrivoltaïques) avance sa définition de l'agrivoltaïsme, en proposant qu'elle soit « la plus ouverte possible ». L'agrivoltaïsme permet d'« exploiter simultanément une production agricole ainsi qu'une production d'énergie photovoltaïque sur une même parcelle », selon un communiqué le 26 septembre. « S'articulant pour et autour du projet agricole et respectant un état de l'art rigoureux, cette pratique permet une valeur ajoutée à l'activité agricole, la pérennisation des exploitations et facilite leur transmission », poursuit la FFPA qui définit l'agrivoltaïsme comme « adapté au territoire et pouvant être de grande ampleur ». Il s'agit d'avoir une définition « la plus ouverte possible », explique à Agra presse Quentin Hans, chargé de développement et de communication. Le 22 septembre, Emmanuel Macron a annoncé que le gouvernement déposera un amendement au projet de loi AER visant l'agrivoltaïsme, afin de « mettre en place des garde-fous pour éviter que de l'électricité ne se substitue aux surfaces agricoles utiles ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.