Le Réveil Lozère 15 octobre 2022 a 08h00 | Par JG

La filière lait du Massif central veut devenir plus attractive

Le Massif central ne bénéficie pas de l'attrait des zones de montagne pour les nouveaux installés. En cause, une faible valorisation du lait AOP. Mais la filière et les laiteries se mobilisent.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le Massif central ne bénéficie pas de l'attrait des zones de montagne pour les nouveaux installés. En cause, une faible valorisation du lait AOP. Mais la filière et les laiteries se mobilisent.
Le Massif central ne bénéficie pas de l'attrait des zones de montagne pour les nouveaux installés. En cause, une faible valorisation du lait AOP. Mais la filière et les laiteries se mobilisent. - © Sophie Chatenet

Comme partout en France, le renouvellement des générations d'éleveurs laitiers s'impose comme un enjeu majeur dans le Massif central. La moitié des départs sont remplacés, un peu plus que la moyenne nationale. Cependant Christophe Perrot, chercheur à l'Institut de l'élevage (Idele), pointe un « effet de reconversion lait-viande ». Dans certains cas, le repreneur ne conserve que l'activité allaitante. Ces dernières années, l'installation d'éleveurs laitiers en zone de montagne a connu une belle dynamique : 26 % des installations en lait, pour seulement 22 % des actifs. Pourtant, le Massif central ne bénéficie pas de cet engouement. Un quart du lait est sous signe de qualité (AOP, IGP, AB), mais le prix payé aux producteurs reste peu incitatif. Les Vosges et la Franche-Comté, avec leurs fromages AOP à forte valeur ajoutée, sont plus attractives pour les aspirants éleveurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.