Le Réveil Lozère 16 décembre 2021 a 12h00 | Par JG

La filière laitière bretonne s'interroge sur son avenir

La chambre d'agriculture de Bretagne a établi cinq scénarios d'évolutions possibles pour la filière lait bretonne à l'horizon 2040.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La chambre d'agriculture de Bretagne a établi cinq scénarios d'évolutions possibles pour la filière lait bretonne à l'horizon 2040.
La chambre d'agriculture de Bretagne a établi cinq scénarios d'évolutions possibles pour la filière lait bretonne à l'horizon 2040. - © V Rychembush

« Nous avons un défi et un devoir : réussir la transition de l'agriculture bretonne. Nous le devons à nos plus jeunes producteurs, ceux qui vont embrasser le métier et qui doivent être fiers de le faire », a déclaré le président de la chambre d'agriculture de Bretagne, Jean-Hervé Caugnant, lors d'une journée de conférences consacrée à l'avenir de la filière lait en Bretagne, le 7 décembre, à la chambre d'agriculture de Rennes.
Le 26 novembre, dans une lettre ouverte adressée au ministre de l'Agriculture et aux élus de la région, la chambre d'agriculture de Bretagne interpellait les pouvoirs publics sur « l'usure économique et morale » des éleveurs. « Les éleveurs aspirent à une vision et une cohérence entre politiques publiques et politiques de filières, entre enjeux de souveraineté alimentaire, enjeux climatiques et environnementaux ! », écrivait-elle, s'inquiétant d'une « végétalisation rampante » et s'interrogeant sur la place à donner à la production d'énergies face à « la vocation alimentaire de l'élevage ».
La première région productrice de lait en France est particulièrement concernée par le déclin démographique des éleveurs. Le taux de remplacement des éleveurs laitiers bretons et des Pays de la Loire est de 42 % contre 45 % à l'échelle nationale, ce qui est déjà le plus mauvais taux de remplacement de l'agriculture française, toutes filières confondues. Résultat, le nombre d'exploitations a baissé en moyenne de 4 % par an entre 2006 et 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Julien Denormandie avait promis que les aides à la conversion qui ne sont pas consommées resteraient orientées vers l’agriculture biologique, et c’est ce que nous devons confirmer avec Marc Fesneau

indique à Agra presse Étienne Gangneron, vice-président de la FNSEA en charge du dossier.