Le Réveil Lozère 03 juillet 2019 a 11h00 | Par AJ

La filière laitière s’accorde sur des indicateurs de bien-être animal

L’interprofession laitière a validé une série d’indicateurs évaluant le bien-être des troupeaux laitiers, ainsi qu’il était prévu dans le plan de filière. Ils feront désormais partie intégrante de la charte des bonnes pratiques d’élevage.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Émilie Wood

« Dans la philosophie, il s’agit d’une démarche de progrès. L’idée n’est pas de sortir des cartons rouges », prévient Daniel Perrin, éleveur laitier et président de la commission Sciences et techniques du Cniel (interprofession laitière). La filière laitière avait promis dans le cadre du socle de base « France, Terre de lait » de son plan de filière, de travailler sur le dossier du bien-être animal. C’est désormais chose faite : l’interprofession (Cniel) a validé 16 indicateurs pour évaluer le bien-être des troupeaux laitiers. Ils seront désormais intégrés à la Charte des bonnes pratiques d’élevage.
Cette évaluation du bien-être animal se base sur les cinq libertés fondamentales : ne pas souffrir de la faim ou de la soif ; d’inconfort ; de douleurs, de blessures ou de maladies ; pouvoir exprimer les comportements naturels propres à l’espèce ; ne pas éprouver de peur ou de détresse. Les indicateurs ont ensuite été choisis pour être « le plus possible centrés sur l’animal », « facilement observables », et « participer à l’efficacité économique de l’élevage », explique Nadine Ballot, chargé de projets au Cniel. Un dernier point crucial, selon Daniel Perrin : « Si nous voulons que la filière prenne le dossier à bras-le-corps, il faut parler de l’intérêt économique du bien-être animal. Leur montrer que ce n’est pas une punition supplémentaire. »

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1517, du 4 juillet 2019, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous disons stop à l'arrivée de toutes ces réglementations, le monde agricole n'en peut plus, il s'y perd. Il ne sait plus à quelle zone réglementaire il appartient, à quelle date semer.

Les chambres d'agriculture demandent une planification face au nombre important de politiques environnementales.