Le Réveil Lozère 18 mai 2022 a 12h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

La Fnab s'apprête à demander dix millions d'euros d'aide conjoncturelle

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Face aux difficultés dans plusieurs filières bio, la Fnab (syndicat de producteurs bio) s'apprête à demander une enveloppe d'aide conjoncturelle d'environ dix millions d'euros à la DGPE (ministère de l'Agriculture), à l'occasion d'un rendez-vous prévu pour la semaine du 16 mai. Allègements de charges, reports de cotisation, soutien à la trésorerie : « De la même manière que les filières porc et volailles ont été aidées dans leurs crises récentes, nous ne demandons que ce qui est déjà permis par les fonds nationaux ou européens », assure Philippe Camburet, président de la Fnab. Le syndicat devrait avant tout plaider pour des moyens à destination des producteurs de lait et d'oeufs, ainsi que pour le porc, « même si les effectifs dans cette dernière filière sont plus faibles ». En avril 2022, selon les prévisions de l'Institut de l'élevage, le cours du lait bio aurait rejoint celui du conventionnel, à la fois en raison du pic de production saisonnier et d'un essoufflement de la demande en produits laitiers depuis la fin des confinements. Par ailleurs, en janvier, au lendemain de manifestations en Bretagne, les éleveurs de porcs ont obtenu 270 millions d'euros d'aides pour faire face à la hausse des charges, notamment du coût de l'aliment.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les mots ont agacé, parce qu’ils ont sans doute été trop forts

regrette Loïc Guines, président de l’Agence bio et référent bio pour l’Apca dans une interview avec Agra presse parue le 17 juin.