Le Réveil Lozère 28 janvier 2022 a 08h00 | Par YG

La FNB défend la souplesse des contrats

Lors de son congrès à Aurillac les 2 et 3 février, la FNB (producteurs de bovins viande, FNSEA) compte « remobiliser les éleveurs » sur la contractualisation, obligatoire depuis le 1er janvier. L'association spécialisée aura mené d'ici-là une quarantaine de réunions sur le terrain.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Lors de son congrès à Aurillac les 2 et 3 février, la FNB (producteurs de bovins viande, FNSEA) compte « remobiliser les éleveurs » sur la contractualisation, obligatoire depuis le 1er janvier. L'association spécialisée aura mené d'ici-là une quarantaine de réunions sur le terrain.
Lors de son congrès à Aurillac les 2 et 3 février, la FNB (producteurs de bovins viande, FNSEA) compte « remobiliser les éleveurs » sur la contractualisation, obligatoire depuis le 1er janvier. L'association spécialisée aura mené d'ici-là une quarantaine de réunions sur le terrain. - © Sophie Chatenet-Giraud

Alors que la contractualisation est devenue obligatoire depuis le 1er janvier pour certaines catégories de bovins de races à viande, les responsables de la FNB (éleveurs de bovins viande, FNSEA) se sont employés le 18 janvier à défendre la souplesse des contrats. Lors d'une conférence de presse, son président Bruno Dufayet a balayé l'argument de la « perte de liberté commerciale », brandi lors d'une manifestation en décembre à Clermont-Ferrand par un collectif de négociants et d'éleveurs. Selon M. Dufayet, les producteurs peuvent « signer plusieurs contrats et multiplier le nombre d'acheteurs sur le même produit ». Par ailleurs, la loi Egalim 2, qui fixe à trois ans la durée minimale des contrats, n'empêche pas de « redéfinir les clauses chaque année », estime-t-il. « Les éleveurs qui aiment bien négocier les prix le feront à la signature du contrat au lieu de le faire au départ des animaux », résume M. Dufayet. Et de rappeler que le syndicat « met à disposition les indicateurs » nécessaires à la rédaction des contrats (coûts de production, marché).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.