Le Réveil Lozère 13 juillet 2021 a 12h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

La Fnec alerte sur la hausse historique des charges en élevage caprin

Abonnez-vous Reagir Imprimer

La Fnec (éleveurs de chèvres, FNSEA) alerte, dans un communiqué du 7 juillet, sur la hausse des coûts de production de lait de chèvre qui atteignent « des sommets historiques en 2021 ». Le syndicat pointe la forte progression de l'Ipampa (indice des prix d'achat des moyens de production agricole) du lait de chèvre : « Les indices de février (109,6), mars (110,4) et avril 2021 (111) sont les plus élevés depuis janvier 2005, dépassant même l'indice le plus élevé constaté jusqu'à aujourd'hui en décembre 2012 (108,3) ! ». Cette hausse se traduirait, dans les exploitations, par un surcoût de 30 à 50 EUR les mille litres selon les régions, portant le prix de revient du lait de chèvre à 840 EUR les mille litres en moyenne. Aussi, la Fnec « demande à tous les opérateurs de s'engager à revaloriser le prix du lait de chèvre dans les prochains mois pour permettre aux éleveurs de passer cette période de hausse des charges historique et ne pas mettre en danger la dynamique de la filière caprine ». Lors des dernières négociations commerciales annuelles entre la grande distribution et ses fournisseurs qui se sont finalisées au 1er mars, ces derniers demandaient une valorisation du lait de chèvre à hauteur de 790 EUR les mille litres.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La liste (ndlr publiée par la commission européenne) explique parfaitement pourquoi nous demandons depuis le premier jour qu’une étude d’impact complète soit réalisée

ont à nouveau dénoncé les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca).